Tirées du livre : "Jésus-Christ, un Dieu scandaleux"

........Je me suis aperçue qu’on confondait être "sauvé" de la mort et être préservé de la mort.Pour être sauvé, il faut d’abord avoir été perdu, il faut être allé au bout du désespoir pour accueillir l’espérance nue. Jésus a dû aller au jusqu’au bout de l’angoisse pour accueillir l’ange qui venait le réconforter. il faut passer par la désolation totale pour pouvoir accueillir le consolateur. Il faut être allé jusqu’au creux de la mort pour recevoir le Résurrection. Il faut être vide de ses propres ressources et de son être même pour accueillir la plénitude de Dieu. n’est-ce pas le sens du mot "kénose" ?.........

..........Dès le début, ( le démon) avait proposé le choix de l’indépendance à Adam comme chemin de puissance et de gloire : " vous serez comme des dieux".(Gn3,5). Il ne cesse de nous le proposer. Mais l’indépendance est le leurre de la liberté. En choisissant de se couper du Père et de revendiquer son héritage, pour exister par lui-même le fils prodigue perd sa liberté, sa dignité(...). A l’inverse, Jésus, de la naissance à la mort, a refusé de manifester "sa" gloire, d’utiliser "sa" puissance, de faire "son" oeuvre, de suivre "sa" volonté, de sauver "sa" vie. Il a choisi de tout recevoir du Père, oeuvre, gloire, puissance, et la vie même.(...) Le coeur de la kénose est dans le renoncement à exister par soi-même et la remise de soi totale à un amour-source (...), dans la communion de l’Esprit donné sans mesure et accueilli sans réserve....